Alter Schlachthof - Centre Culturel - Eupen

Pin It

pdf Plans:

Implantation Rez+1 Rez+2 Coupe 1-1 Coupe 3-3 Coupe A-A Coupe F-F

  • alter-schlachthof-eupen-01
  • alter-schlachthof-eupen-02
  • alter-schlachthof-eupen-03
  • alter-schlachthof-eupen-04
  • alter-schlachthof-eupen-05
  • alter-schlachthof-eupen-06
  • alter-schlachthof-eupen-07
  • alter-schlachthof-eupen-08
  • alter-schlachthof-eupen-09
  • alter-schlachthof-eupen-10
  • alter-schlachthof-eupen-11
  • alter-schlachthof-eupen-12
  • alter-schlachthof-eupen-13
  • alter-schlachthof-eupen-14
  • alter-schlachthof-eupen-15
  • alter-schlachthof-eupen-16

    L’abattoir d’Eupen construit en 1901 dans le style prussien par Walter Fresse reflète un souci d’organisation systématique du travail. Cela se traduit surtout dans l’architecture intérieure et dans l’agencement des bâtiments qui doivent permettre de fonctionner le plus efficacement possible. Comme dans de nombreux édifices industriels de l’époque, cette volonté rationaliste se trouve « habillée » par le langage architectural. Le caractère décoratif de la maçonnerie traitée artisanalement (pose de la brique, enduits, colombages) et la mise en œuvre de détails historisants (créneaux, marquises en bois, éléments italianisants) sont conçus pour masquer la destination des installations. On pourrait même estimer que la répartition des fonctions (vestiaires, glacière, abattoirs proprement dits, chaîne d’évacuation des déchets… ) dans des volumes différenciés - laissant à peine entrevoir qu’il s’agit de la planification globale d’un projet - participe du même esprit.

    Quand les activités de l’abattoir prennent fin en 1991, l’ensemble de plus de 2000 m2 est destiné à l’organisation d’activités culturelles. En 1993, l’asbl Chudoscnik Sunergia s’installe dans les locaux administratifs. De 2002 à 2009, nous avons travaillé à la rénovation du complexe destiné à devenir le Centre culturel du nord de la Communauté germanophone.

    Notre réflexion a porté sur la qualité fonctionnelle du lieu. Avec la modularité dans la configuration des salles et la possibilité d’utiliser les espaces extérieurs pour présenter des spectacles, nous avons veillé à la mise au point d’un outil souple adapté à un grand nombre d’événements. D’emblée, nous avons également réfléchi à l’intégration de l’activité culturelle dans le respect du patrimoine en place, avec son aspect hétérogène et enchevêtré. Il fallait pouvoir distinguer l’ancien du nouveau jusqu’à exacerber le contraste entre l’affectation contemporaine et l’atmosphère de l’abattoir. Les interventions intérieures ont ainsi été limitées au minimum en travaillant notamment à la discrétion de l’implantation des équipements techniques nécessaires au fonctionnement d’un centre culturel polyvalent (air climatisé, électricité, eau, communication). Dans un esprit de développement durable, une attention particulière a été portée à l’isolation thermique et acoustique pour la bonne tenue des spectacles mais aussi pour éliminer toute nuisance de voisinage.

    • Architecte : Daniel Dethier
    • Photographe : Serge Brison