Architecte de la musique 

  • architecture-01-f
  • architecture-02-f
  • architecture-03-f

    Le 4 février on commémorait les 20 ans du décès de l’architecte, ingénieur et compositeur grec Iannis Xenakis, qui fut aussi un réfugié politique après la guerre civile grecque. Collaborateur de Le Corbusier, il associe la musique et l’architecture grâce aux mathématiques et est le père des musiques stochastique, stratégique et symbolique. Il est aussi le premier européen à composer de la musique au moyen d’un ordinateur, dès les années 1950.

    Iannis Xenakis  a 10 ans quand sa famille vient vivre à Athènes. Il y fait toutes ses études. A partir de 1940, tout en suivant un cursus d’ingénieur à l’Institut Polytechnique, il s’engage dans la résistance à l’occupation nazie et adhère au Parti Communiste. A la Libération, il continue la lutte face à la loi martiale imposée par l’occupation anglaise. Blessé, interné et condamné, il réussit à fuir la Grèce en 1947. Installé à Paris, il est engagé par l’architecte Le Corbusier  avec lequel il collabore jusqu’en 1960. Il participe entre autres à la réalisation du Couvent de la Tourette  et du Pavillon Philips  de l’Exposition Universelle de Bruxelles de 1958.

    Dans le domaine musical, sa seconde voie, il étudie d’abord avec Arthur Honegger  et Darius Milhaud, puis avec Olivier Messiaen  – au Conservatoire de Paris - et Hermann Scherchen. Après une première orientation bartokienne et son ressourcement dans la musique populaire, Xenakis construit sa conception musicale sur deux éléments : la référence aux mathématiques et à la physique, et l’art de la plastique sonore. Les scandales de Metastasis  (1953-1954) et de Pithoprakta  (1955-1956) le dévoilent en tant qu’alternative possible à la composition sérielle. Il invente les concepts de masses musicales et de musique stochastique. Il introduit le calcul des probabilités et la théorie des ensembles dans l’art de la composition. Il innove enfin en utilisant l’ordinateur pour le calcul des formes musicales. Il compose des spectacles « son et lumière », les polytopes, pour le Pavillon Français de l’Exposition de Montréal (1967), le spectacle Persépolis en Iran (1971), Cluny à Paris (1972), et les ruines de Mycènes en Grèce (1978). Naturalisé français en 1965, il fonde la même année le Centre d’Etudes de Mathématique et Automatique Musicales. Il enseigne à l’Université d’Indiana à Bloomington de 1967 à 1972. Chercheur au CNRS, il est aussi professeur à l’Université de Paris-Sorbonne de 1972 à 1989.

    On sait peu de choses sur le rôle de la musique dans le travail de Le Corbusier. On en sait également peu sur le travail architectural de Iannis Xenakis. Pourtant, pendant soixante ans Xenakis élabora la conception du Pavillon Philips de l'Exposition universelle de 1958 à Bruxelles : un pavillon éphémère aux formes organiques réalisé alors qu'il travaillait chez Le Corbusier, en même temps qu'il produisait ses premières compositions musicales.

    Objet multimédia avant l'heure, ce Pavillon intrigue toujours autant par les courbures de ses formes dans l'espace, que par les œuvres électroniques dont il fut l'écrin. Plus encore, la rencontre des individualités collaborant au projet interpelle : faire un projet à plusieurs, c'est accepter les contradictions, les silences, les tensions.

    • Créé le .

    Adresses

    Belgique
    Mediaxel
    64 avenue Marie de Hongrie
    BE - 1083 Bruxelles
    +32 (0)2 772 40 47
    +32 (0)2 771 98 01 (fax)

    France
    MMG SAS
    75116 Paris

    Représentation Italie
    Casiraghi Global Media srl
    Via Cardano 81
    IT - 22100 Como - Italia
    +39 031261407

    Contact

    Secretariat : Pascale Cloots

    Publicité :

    Redacteur en chef : Nicolas Houyoux

    Podcast et webminaires : Lylian Kubiak

    Social Media : Vincent de Puydt

    Editeur responsable : Philippe Maters

    Social

    MediaXel sprl - © 2021
    Editeur responsable : Philippe Maters, 64 avenue Marie de Hongrie, BE - 1083 Bruxelles