Réinventer les modes d’habiter par l’innovation sociale 

  • architecture-01-f
  • architecture-02-f
  • architecture-03-f
  • architecture-04-f
  • architecture-05-f

    MANO (architecture urbanisme codesign), agence d'architecture spécialisée en codesign et implication habitante, vient de réaliser le projet de recherche "100%".

    Ce projet questionne nos nouveaux modes d’invention du réel urbain, en repensant ceux développés dans les années 70 : expérimentaux, participatifs et environnementalement responsables. Sortir de l’isolement des grandes villes, habiter autrement, est désiré par de nombreux citadins aujourd’hui. Notre époque, en réaction à la sur-urbanité qui a caractérisé le XXe siècle, retrouve un intérêt croissant pour une vie différente, plus respectueuse du rythme humain, plus proche de la nature, avec plus de sociabilité. La surconsommation est un sujet de réflexion, voire de rejet. La banlieue nord-parisienne, en tant que lieu historique d’expérimentation architecturale et de forte solidarité autorise ce type de modèle alternatif. En hommage à la pensée post-68, ce projet s’inspire des logements imaginés par Jean Renaudie et Renée Gailhoustet, des Arcologies utopiques de Paolo Soleri, ou encore du rendu de concours pour le centre Beaubourg proposé par Renzo Piano et Richard Rogers. 

    Un socle d’équipements dédiés aux habitants

    Le rdc est pensé pour accueillir des programmes collectifs choisis par les habitants. Il pourra s’agir par exemple d’une garde d’enfant gérée par les séniors, d’une salle de sport, d’un atelier bricolage, d’une laverie, d’une amap, ou encore d’un restaurant associatif. 

    Des activités ouvertes sur le quartier 

    Selon les souhaits des habitants, ces locaux peuvent aussi accueillir les énergies vives du quartier (associations caritatives type Emmaüs, résidence d’artistes, etc.), devenir une pépinière d’entreprises éthiques, une salle d’exposition ou encore un centre de recherche axé sur l’innovation sociale. 

    Faire communauté : la grande serre 

    Le partage est au coeur de cet espace. La grande serre commune accueille aussi bien les activités ludiques et agricoles que les activités sociales. Un programme d’activité est mis en place, dans lequel chacun est incité par des avantages pratiques (par exemple des bons pour garderie, des légumes gratuits, des accès aux autres formations, etc.) à proposer dans ce grand espace commun un atelier en fonction de ses compétences et ainsi partager son savoir avec les autres, pour en retour apprendre des autres, dans ce nouveau type de serre-école urbaine. Selon le souhait des habitants peuvent être envisagés des paysages divers tels qu’une micro forêt, des prairies fleuries, des jardins potagers et horticoles, des parcelles avec animaux, des jardins dédiés à la détente, des ruches, etc. Nous constatons par exemple que 95 % des fruits consommés en Seine Saint Denis proviennent de l’extérieur, il est possible de diminuer significativement ce ratio grâce à l’exploitation de vergers et potagers. Les savoir-faire pour entretenir les vergers sont transmis entre habitants volontaires. Apparaissent ainsi des formations locales qui entretiennent aussi bien leur environnement que les savoirs qui s’y attachent. 

    Des coursives habitées 

    A l’intérieur de la serre, les coursives de circulation permettent à tous les appartements d’être traversants. Elles sont agrémentées de terrasses, qui sont autant de lieu potentiel d’agriculture urbaine, de bain de soleil ou de promenade. Cette configuration avec circulation rejetée vers l’extérieure, inspirée de projets emblématiques des années 70 permet une grand flexibilité dans l’architecture même du bâtiment, évolutif selon la volonté de ses habitants. 

    Une architecture flexible 

    Les circulations étant rejetées sur l’extérieur des cellules d’habitation, la configuration et l’emplacement de chaque logement est négociable avec les habitants. Une faisabilité chiffrée modulant investissement financier personnel et mise en commun des charges est soumise à chaque habitant et fait évoluer le projet selon la décision de chacun. 

    Chaque logement est composé d’un module construit de 7 x 7 mètres, livré clé en main et d’un espace formant terrasse de la même surface, qui est disponible à la construction. Chacun est ainsi libre d’agrandir son logement en fonction de ses besoins dans le temps et selon son budget. 

    Honorer les anciens : un exemple d’application concrète 

    La séniorisation de la société est la véritable révolution du XXIe siècle. En 2030, un Français sur deux aura plus de cinquante ans. On a noté qu’une nouvelle terminologie est apparue qui prend en compte cette évolution sociétale : Serge Guérin parle de « boomers bohêmes » à propos des personnes dans la soixantaine qui forment un nouveau type sociologique car dotés d’une meilleure santé, d’une espérance de vie supérieure à celle de leurs aînés et également d’une aisance financière importante. Cette évolution est l’occasion de réflexions de fond sur les conséquences du vieillissement, d’une révision du traitement de l’âge dans notre société. L’opportunité d’enrichissement intergénérationnel existe et ce projet offre des espaces aptes à le recevoir. 

    Il s’agit dans ce projet d’explorer un modèle basé sur l’échange vertueux des connaissances et des savoir-faire dans le cadre d’une architecture inspirée des expériences réalisées dans les années 70 et radicalement réinterprétés à l’aune des problématiques contemporaines. Ainsi, inventer une société nouvelle, un art de vivre plus intelligent. Ce lieu est pensé comme un outil flexible appelé à recevoir en son sein les personnes de tous horizons volontaires pour ce type d’expérimentation. En ce lieu les échanges et relations sociales doivent permettre l’émergence d’un nouveau type d’habitat. Par exemple, les seniors ne sont plus « usés par le travail » mais riches de connaissances, et deviennent des acteurs essentiels. L’objectif de ce projet est aussi de lancer des débats, pour tisser un réseau solidaire permettant des projets innovants. Ce type de structure par son exemplarité a pour ambition de devenir une vitrine que l’on vient visiter en famille ou avec la classe, permettant la transmission d’une authentique fibre solidaire. Sa mise en œuvre doit encourager la sortie de l’individu de son isolement pour l’inscrire dans une perspective altruiste nécessaire au développement social d’une ville et au bien-être de chacun. 

    www.manoarchitecture.com

    • Créé le .

    Adresses

    Belgique
    Mediaxel
    64 avenue Marie de Hongrie
    BE - 1083 Bruxelles
    +32 (0)2 772 40 47
    +32 (0)2 771 98 01 (fax)

    France
    MMG SAS
    55 avenue Marceau
    FR - 75116 Paris

    Contact

    Secretariat : Pascale Cloots

    Publicité :

    Redacteur en chef : Nicolas Houyoux

    Social : Vincent de Puydt

    MediaXel sprl - © 2021
    Editeur responsable : Philippe Maters, 64 avenue Marie de Hongrie, BE - 1083 Bruxelles