Habitations plus petites, mais plus confortables

Habitations plus petites, mais plus confortables

Quelles sont les tendances de la construction et de la rénovation en 2021 ?

« Qui est le constructeur / le rénovateur en 2021 ? » Des acteurs importants du secteur de la construction et de l’habitation ont cherché des réponses à cette question autour d'une table ronde virtuelle, en compagnie de l'agence de marketing Essencia. Il est certain que les Belges aiment toujours construire et rénover, ils sont cependant mieux informés et savent davantage ce qu'ils veulent. Mais même aujourd'hui, et peut-être plus que jamais, les conseils de professionnels et les bons suivis des experts et des producteurs restent primordiaux pour faire les bons choix.

Même en cette période particulière, il reste encore des certitudes : les Belges n'ont pas perdu l'envie de travailler dans leur maison. Et principalement du point de vue de la modernisation et dans une moindre mesure des économies d'énergie. Pourtant, en cette période, où les réglementations sont de plus en plus strictes, c'est un point d'attention important. Selon les partenaires participants, la digitalisation jouera un rôle important dans cette transition énergétique, alors qu’aujourd’hui, les systèmes domotiques sont principalement une solution de confort. 

Les Belges qui recherchent une maison neuve sont souvent plus susceptibles de se tourner vers les logements collectifs des promoteurs. Les permis de construire sont également de plus en plus demandés par les promoteurs immobiliers. Dans ce cas, il s'agit moins de bâtiments ouverts unifamiliaux, mais généralement de maisons plus petites dans des projets de construction plus grand. 

Néanmoins, en 2021, le constructeur ou le rénovateur est sensiblement plus impliqué dans le processus de construction et de rénovation, bien informé et de plus en plus exigeant. Tant sur le marché des nouvelles constructions que de la rénovation, les Belges attachent plus que jamais une importance au confort et aux produits haut de gamme personnalisés et de grande qualité. Les produits standards deviennent moins attractifs. La tendance à créer une sensation d'espace supplémentaire et à connecter les espaces intérieurs et extérieurs a également été renforcée par la pandémie de Covid-19. 

La discussion s'est terminée sur un fait qui fait l'unanimité : même si le constructeur / rénovateur sait mieux ce qu'il veut et est mieux informé, l'accompagnement et les conseils des professionnels et des producteurs restent très importants pour être certains de faire les bons choix. 

Plus de travaux de rénovation en raison du Corona et des étés plus chauds  

En ce qui concerne le développement de la construction neuve par rapport à la rénovation, une double tendance frappante est perceptible. Les nouveaux projets de construction sont de plus en plus mis en place par les promoteurs de projets, ce qui signifie que les Belges ont moins d'influence sur la conception efficace de ce type de nouveau projet de construction. De plus, ce marché concerne moins de bâtiments unifamiliaux ouverts, mais plus de bâtiments collectifs. 

Cependant, sur un marché de la rénovation en constante croissance, on voit que les Belges savent de mieux en mieux ce qu'ils veulent et qu’ils souhaitent plus que jamais mettre la main à la pâte. « L'amour des Belges pour la construction et la rénovation est certainement toujours présent. Le marché de la rénovation est en forte croissance, en partie dû au fait que nous sommes désormais plus souvent chez nous. La diminution des déplacements signifie qu’un plus grand budget est disponible pour effectuer de petites rénovations. Les particuliers voient désormais leur logement comme un bon investissement encore plus qu'auparavant », déclare Thibaut Gérard, Sto. Mais les étés chauds des dernières années y sont aussi certainement pour quelque chose. Selon Etienne de Montigny de Daikin, les rénovateurs sont actuellement fortement engagés dans le refroidissement et la ventilation. 

Mais qu'il s'agisse de construction neuve ou de rénovation, l'attitude du consommateur a considérablement changé par rapport au passé. « Le constructeur/rénovateur est beaucoup mieux informé aujourd'hui. Dans les projets de construction neuve, il s'implique davantage dans le suivi auprès des architectes, mais s’informe également mieux auprès des promoteurs de bâtiments et des producteurs. Il sait également de davantage ce qu'il veut dans les projets de rénovation », déclare Xavier Pierrard de Winsol. Pour les petites rénovations, il n'est pas toujours nécessaire de faire appel à un architecte, donc le constructeur / rénovateur est mieux informé et il surveille tout lui-même. Pour les rénovations plus importantes, les entreprises constatent une forte tendance au nombre croissant de partenaires différents impliqués dans un projet de construction ou de rénovation. 

Le constructeur/rénovateur effectue lui-même de nombreuses recherches via internet et sur les plateformes de construction avant de contacter les producteurs et les architectes. « On remarque que les rénovateurs viennent dans les showrooms avec des questions très spécifiques et même techniques. La collecte d'informations a lieu aujourd'hui beaucoup plus tôt dans le processus décisionnel qu'il y a quelques années : lorsqu'il arrive au showroom, il sait souvent déjà ce qu'il veut », explique Sabine Merlevede de Wienerberger. 

Bien que le design et l'aspect esthétique soient devenus importants aujourd'hui, Husqvarna estime que le constructeur/ rénovateur recherche plus que jamais des solutions de haute qualité qui correspondent vraiment à son propre projet. 

Des habitations plus petites, mais plus confortables et plus saines  

Aujourd'hui, nous parlons de plus en plus de projets de cohabitation, de maisons kangourous et de logements flexibles. Nous constatons également une tendance vers les maisons plus petites sur le marché de la construction neuve, en partie en raison de la plus grande implication des promoteurs immobiliers. Cependant, cela ne signifie pas que le logement deviendra moins important, au contraire. Le télétravail plus fréquent et la pandémie du Covid-19 renforcent également la volonté de créer un milieu de vie confortable, personnalisé et sain. Selon Husqvarna, la pandémie a particulièrement influencé la façon dont une maison est meublée. Une maison se doit d’être multifonctionnelle. 

Les constructeurs et les rénovateurs sont avant tout sensiblement plus à la recherche de solutions bien pensées et qualitatives. Ils sont de plus en plus à la recherche d’appareils haut de gamme que des solutions standard. « Dans les projets de rénovation, nous voyons clairement que le rénovateur ne recherche pas une opportunité d’achat pour un montage rapide, mais recherche vraiment la qualité. Les appareils haut de gamme sont encore plus faciles à vendre que les appareils de base, même s'ils sont plus chers », déclare Etienne de Montigny de Daikin. FACQ a également remarqué un intérêt croissant pour les solutions de salle de bains avec un niveau de confort supérieur et des solutions pour les petites salles de bains correspondant aux nouvelles formes d’habitations, sans pour autant sacrifier le sentiment de bien-être et de confort. 

Le désir croissant de confort va de pair avec une attention croissante portée à la qualité de du climat et l’air intérieur, la volonté d'augmenter la sensation d'espace dans l’habitation et une demande croissante pour rapprocher les espaces intérieurs et extérieurs. " Nous remarquons que les gens ont besoin de plus de lumière du jour à l'intérieur et veulent faire entrer le monde extérieur. Il y a nettement plus de demandes pour des fenêtres plus grandes et plus minces et même pour plus de fenêtres qu'auparavant", dit Yves Sottiaux de Velux. Winsol fait aussi ce constat. Même dans les habitations plus petites, il y a clairement une demande croissante de toits de terrasse et de fenêtres plus larges avec des profils plus minces, de sorte que la ligne de démarcation entre l'intérieur et l'extérieur soit de plus en plus floue et compense avec les plus petites surfaces. 

Le jardin deviendra également une extension importante de l'expérience dans une habitation, qu'il s'agisse de petites ou grandes habitations. « La demande de confort dans le jardin a énormément augmenté. Au sein de ces nouvelles formes de logement, nous constatons également une tendance à l'utilisation collective du jardin et à l'entretien du jardin », explique Denis Bertrand de Husqvarna. 

De plus, les consommateurs recherchent de plus en plus des solutions de confort non seulement de haute qualité, mais également personnalisables. « Les consommateurs sont de plus en plus conscients qu'un bon climat intérieur augmente également le confort dans la maison. Nous constatons que la demande est plus grande pour une plus large gamme d'options de finition personnalisables sur les systèmes d'isolation, afin de créer une apparence et une sensation uniques », déclare Thibaut Gérard de Sto. 

Des systèmes domotiques pour plus de confort et de flexibilité  

Essencia mène chaque année une enquête à grande échelle auprès de 5.000 Belges âgés de 25 à 74 ans pour étudier la relation des Belges avec les systèmes domotiques. Cela montre que la part des systèmes domotiques dans les habitations augmente chaque année, mais est encore relativement peu présente aujourd'hui. Par exemple, il apparaît que 46% des rénovateurs voient encore trop peu la valeur ajoutée de l'utilisation d'un système domotique. 74% optent principalement pour les systèmes domotiques pour le confort et la flexibilité avec un contrôle depuis un point central tel que le smartphone. 

Seuls 27% optent pour un système domotique pour économiser l'énergie, ce qui peut être une valeur ajoutée importante de tels systèmes, par exemple en connectant les différentes sources d'énergie dans la maison. « Les nouveaux tarifs d'électricité et la suppression du compteur inversé rendent une maison intelligente très intéressante, notamment en combinaison avec des panneaux solaires et un compteur numérique. Il peut déterminer quand l’électricité provenant de panneaux solaires peut être utilisée pour un lave-vaisselle ou une machine à laver, par exemple, et ainsi tirer le meilleur parti d'un investissement dans les énergies renouvelables », explique Irene Koren d'Essencia. Mais à l'avenir, les économies d'énergie deviendraient une raison importante pour l'installation de systèmes domotiques, selon Essencia. Selon Etienne de Montigny de Daikin, les deux choses vont de pair : "Une transition énergétique n'est pas possible sans cette révolution numérique". 

Selon Husqvarna, une tendance est désormais particulièrement perceptible dans laquelle les systèmes domotiques sont une partie importante, en particulier dans les sous-zones de la maison, comme dans l'entretien du jardin : « Pour le jardin aussi, cela reste avant tout une solution de confort, mais les émissions et les économies d'énergie sont déjà largement possibles, se produisent dans le jardin et il y a maintenant beaucoup d'efforts ». 

Toujours en ce qui concerne les systèmes domotiques pour la gestion et l'économie de l'eau, FACQ voit déjà un intérêt croissant pour tout faire fonctionner à partir d'un point central. « Il est également important d'impliquer les installateurs, afin qu'ils puissent également suivre directement et de manière proactive les besoins de leurs clients », a déclaré Pascale Curias de FACQ. 

Même si les systèmes domotiques n'ont pas encore complètement conquis les marchés du privé et de la rénovation, nous constatons certainement une nette avancée dans les nouvelles constructions. Les promoteurs immobiliers proposent de plus en plus de maisons équipées de systèmes domotiques. « Pensez également aux appartements pour personnes âgées, où la domotique peut leur permettre de continuer à y vivre le plus longtemps possible de manière sûre et économe en énergie. Ceci avec l'aide d'ascenseurs intelligents pour faire les courses, par exemple », déclare Irene Koren. Etienne de Montigny de Daikin souligne également que pour les jeunes, la connectivité jouera un rôle de plus en plus important dans le processus de choix d'une nouvelle maison. 

Cependant, les Belges sont préoccupés par la sécurité de leurs données diffusées via les systèmes domotiques, ce qui, selon Essencia, ralentit l'évolution de la technologie. Par exemple, des études internationales montrent que d'autres pays sont déjà bien plus avancés que la Belgique, mais que nous pourrons bientôt passer à la vitesse supérieure et surmonter ces préoccupations. Selon Yves Sottiaux de Velux, l'uniformité dans la gestion des systèmes et des données domotiques pourrait accélérer cette évolution. Xavier Pierrard de Winsol clôture ce thème sur une note positive et insiste sur les nombreuses possibilités de sécurité anti-effraction. 

L’économie d’énergie n’est pas une priorité dans les travaux de rénovation  

Selon Essencia, les maisons neuves obtiennent de bons résultats en termes d'efficacité énergétique et d'exigences PEB. Selon Sto, cela est en grande partie dû aux plus grandes épaisseurs d'isolation dans les nouveaux projets de construction, ce qui signifie qu'un meilleur niveau PEB peut être atteint plus rapidement. « C'est souvent différent pour les maisons existantes : 60% du parc immobilier existant est mal isolé. Quand on sait qu'une famille moyenne émet 15 tonnes de CO2 pour chauffer la maison, cet impact est très important », explique Thibaut Gérard de Sto. Un meilleur vitrage dans les nouveaux projets de construction joue également un rôle important ici, selon Winsol. 

Quant au marché de la rénovation, selon les chiffres d'Essencia, 34% des Belges rénovent plutôt pour moderniser leur logement, et seulement 18% pour économiser de l'énergie. Lorsque la population générale est interrogée sur son opinion sur le niveau d'énergie, 45% pensent que les investissements pour baisser le niveau d'énergie rapportent plus qu'il n'en coûte, bien que ce pourcentage soit en baisse depuis 2012. Seuls 7% des propriétaires connaissent avec certitude le niveau énergétique de leur logement. 

Construction circulaire encore aux balbutiements  

Selon Essencia, très peu de données sont encore disponibles sur la construction circulaire aujourd'hui. Essencia tire ces informations des enquêtes auprès des acheteurs de grandes entreprises de construction sur le marché résidentiel et non résidentiel. « Le traitement des déchets du jardin et des décharges est utilisé pour faire des fondations, mais un vrai bâtiment avec des matériaux de construction circulaires n'est toujours pas suffisant. Les approbations de ces matériaux sont encore un peu retardées », déclare Irene Koren d'Essencia. Selon Wienerberger, le rôle du producteur de guider le consommateur dans ce domaine sera d'une grande importance. « Beaucoup de nos produits ont déjà été développés de manière circulaire, mais ces produits sont encore principalement utilisés dans de grands projets aujourd'hui. Le particulier est encore peu concerné par cela aujourd'hui, mais une fois cette législation et cette politique finalisées, le consommateur optera également de plus en plus pour des produits durables créés de manière circulaire », explique Sabine Merlevede. À long terme, les habitations recevront probablement une note écologique, qui permettra de déterminer les matériaux circulaires. La durabilité retrouve ainsi plus de sens en tant que concept. 

Pour conclure, tous les partenaires sont d'accord : qu'il s'agisse de construction neuve ou de rénovation, il restera important en 2021 d'obtenir des conseils professionnels et d'engager des installateurs certifiés. Selon Essencia, ceci est particulièrement important pour les rénovations, où la chronologie des travaux doit souvent être légèrement ajustée.

  • Créé le .

Adresses

Belgique
Mediaxel
64 avenue Marie de Hongrie
BE - 1083 Bruxelles
+32 (0)2 772 40 47
+32 (0)2 771 98 01 (fax)

France
MMG SAS
75116 Paris

Représentation Italie
Casiraghi Global Media srl
Via Cardano 81
IT - 22100 Como - Italia
+39 031261407

Contact

Secretariat : Pascale Cloots

Publicité :

Redacteur en chef : Nicolas Houyoux

Podcast et webminaires : Lylian Kubiak

Social Media : Vincent de Puydt

Editeur responsable : Philippe Maters

Social

MediaXel sprl - © 2021
Editeur responsable : Philippe Maters, 64 avenue Marie de Hongrie, BE - 1083 Bruxelles