Skip to main content

La hausse soutenue des prix des nouvelles constructions confirme un marché belge du logement à deux vitesses

Les prix de l’immobilier neuf en Belgique ont poursuivi leur augmentation au cours du troisième trimestre 2023, malgré les signes persistants d’un ralentissement du marché immobilier en général.

Les différences entre les régions se sont également accentuées. C’est surtout dans le segment de l’immobilier neuf que la Flandre et la Wallonie suivent des voies de plus en plus divergentes, comme le révèle le Baromètre de la construction neuve, une initiative du développeur de quartiers Matexi et de la plateforme de données immobilières Realo. Cette étude décrit l’évolution des prix sur le marché belge des nouvelles constructions.

Les résultats du troisième trimestre 2023 indiquent que le marché belge de la construction neuve continue à enregistrer une tendance à la hausse des prix. Les prix d’une maison et d’un appartement neufs moyens ont augmenté respectivement de 0,25 % et de 1,32 % par rapport au trimestre précédent. C’est donc surtout au niveau des appartements que la hausse se poursuit, comme c’est le cas depuis un certain temps.

La faible augmentation des prix des maisons à l’échelle nationale cache des évolutions des prix très différentes entre la Flandre et la Wallonie. Selon Fabrice Luyckx, spécialiste des données chez Realo, « le ralentissement de la croissance des prix des maisons s’explique par le fait que les prix de celles-ci ont augmenté beaucoup plus fortement que le reste du marché immobilier au cours des dernières années. En outre, les mois d’été sont toujours plus calmes dans le secteur immobilier. »

« Ces chiffres du Baromètre de la construction neuve soulignent une fois de plus que le segment de la construction neuve évolue à une vitesse différente de celle du reste du marché immobilier belge », déclare Kristoff De Winne, Acquisition & Development Director chez Matexi. « Dans un marché déjà soumis à une très forte pression en raison de l’augmentation des taux d’intérêt, des coûts de construction et de l’inflation, les maisons neuves efficaces au niveau énergétique risquent de devenir inaccessibles pour de nombreuses personnes. Il est donc très important de veiller à ce que l’offre reste suffisante. A cet égard, nous regrettons que le gouvernement fédéral ait réformé le taux de TVA de 6 % pour la démolition et la reconstruction car dans sa nouvelle forme, la mesure passe complètement à côté de son objectif. En limitant la TVA de 6 % aux seuls particuliers qui démolissent et reconstruisent eux-mêmes, les grands projets de rénovation dans les centres urbains vont devenir inabordables pour de nombreuses personnes. »

À propos du Baromètre de la construction neuve

Le Baromètre de la construction neuve collecte de manière objective des données ouvertes provenant des pouvoirs publics, d’autres sources en ligne et d’annonces immobilières en ligne. Cela donne un échantillon substantiel et représentatif de l’ensemble du marché belge de l’immobilier neuf. La méthode académique validée indépendamment qui est utilisée permet de suivre avec davantage de précision l’évolution réelle du prix des maisons et appartements neufs, en tenant compte des changements de caractéristiques des biens dans le temps.

Le Baromètre de la construction neuve suit l’évolution du prix (hors TVA) d’une maison belge moyenne, à savoir une maison trois façades de 160 m 2 avec trois chambres, une salle de bains et un jardin. Dans le segment des appartements, le bien de référence est un appartement de 95 m 2 avec deux chambres et une salle de bains.

— 23 octobre 2023 —